Balthasar Klossowski dit BALTHUS (Paris...

Lot 52
Aller au lot
150 000 - 200 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 381 000 EUR

Balthasar Klossowski dit BALTHUS (Paris...

Balthasar Klossowski dit BALTHUS

(Paris 1908 - Rossinière 2001)

Étude pour Les Beaux jours

Huile sur papier marouflé sur toile

38 x 46 cm

Monogrammé et daté en bas à gauche B 44

Provenance

Chez Henriette Gomez, Paris

Acquis à la fin des années 1980 par les propriétaires actuels

Exposition

Balthus dans la maison de Courbet, Ornans, Musée Gustave Courbet, 1992, n° 17

Bibliographie

J. Clair, V. Monnier, Balthus, catalogue raisonné de l’œuvre complet, Paris, 1999, P. 150, reproduit p. 145 et en couleur p. 74.

Notre tableau est l’une des deux études préparatoires connues pour le tableau de plus grande dimensions Les Beaux Jours, conservé au Hirschhorn Museum and Sculpture Garden de Washington (voir J. Clair, V. Monnier, Balthus, catalogue raisonné de l’œuvre complet, Paris, 1999, P. 151 et P. 155, reproduits).

Dans ce tableau considéré comme l’un de ses chefs-d’œuvre, Balthus s’éloigne des évènements de son époque pour se réfugier dans une scène d’intérieur intime et calme. La jeune fille observant son reflet dans un miroir est représentative du travail de l’artiste. Il évoque dans ses Mémoires "Il n'y a pas de discipline plus exigeante que de capturer ces variations dans les visages et les poses des jeunes filles rêveuses. Le dessin cherche à redécouvrir une grâce enfantine qui disparaît si vite, nous laissant une mémoire inconsolable. Le défi est de retrouver la douceur pour que le graphite sur papier puisse recréer l’ovale frais d’un visage, une forme proche des visages des anges" (voir Balthus, Vanished Splendors, A Memoir, New York, 2002, p. 65).

Son travail commence par des croquis et esquisses au crayon ou à l’encre de Chine, dont on ne connaît pas moins de cinq versions, datées pour les premières de 1943, témoignant de sa longue recherche (voir J. Clair, V. Monnier, Balthus, catalogue raisonné de l’œuvre complet, Paris, 1999, D518 – 521, reproduits). Il apparaît que Balthus lui-même considérait cette composition comme particulièrement importante. Notre tableau cependant se distingue et s’illustre par la pose de la jeune fille, plus alanguie, comme prise davantage sur le vif dans une démarche spontanée du peintre, et sans la figure de l’arrière-plan animant le feu de cheminée.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue